gao xingjian. rencontre avec le prix nobel de l’ittérature. la montagne de l’âme.

Gao Xingjian avec Isabelle Monrozier. La Femme Qui Marche.

Gao Xingjian rit souvent quand il parle, ce qui le rend charmant. Il ne répond pas forcément précisément aux questions qu’on lui pose. Peu importe, on écoute ce qu’il dit avec beaucoup d’attention et d’émerveillement. Car ce n’est pas donné à tout le monde de voir et écouter de si près un Prix Nobel de littérature. Et quel Prix Nobel ! Et c’est ce qui est arrivé aux invités « d’Une saison de Nobel  » dans le splendide Hôtel de Massa à l’initiative d’Anny Romand.

Gao Xingjian a reçu en 2 000 le prix Nobel de littérature «pour une oeuvre, de portée universelle marquée d’une amère prise de conscience et d’une ingéniosité langagière qui a ouvert des voies nouvelles à l’art du roman et du théâtre chinois». Gao, Chinois, de nationalité française, exilé en France en 1988 au moment des événements de Tian’anmen, s’est fait naturaliser.

Devant nous, Gao Xingjian évoque l’importance de la beauté, (Peut-on encore avoir le sens du beau ?) et la nécessité de se ressaisir face au monde mercantile dans lequel nous vivons pour retrouver la dignité humaine. Il insiste sur l’art salvateur, évoque un exil fructueux, sa connivence avec la nature, la solitude nécessaire à une réflexion indépendante. Il rend un hommage appuyé à Kafka, « le pionnier de la littérature moderne, un génie, un modèle que j’essaie de surpasser ! »

« Parler ou se taire mène au silence. »

« La Montagne de l’âme » est selon les mots de son traducteur, Noël Dutrait, une odyssée taoïste à la fois «conte classique picaresque et merveilleux» et «évocation de la réalité absurde ou kafkaïenne». Dans cette histoire de pèlerin, le narrateur est un écrivain «rééduqué» sous Mao qui s’en va dans la montagne chercher le graal loin de «la stupidité de l’espèce humaine» et d’une idéologie confucéenne dominante. Mais s’ajoute tout l’art de la manipulation verbale de Gao. Jeu de langues où les notions de temps (les conjugaisons n’existent pas en chinois) s’entremêlent, où le «tu» remplace le «je».

Mais Gao Xingjian est également metteur en scène, dramaturge, poète, et surtout un peintre extraordinaire. Ses encres de chine hypnotisent. Regarder celle-ci projetée derrière lui l’autre soir.

Gao avec peinture. La Femme Qui Marche.

Un monde qui flotte et des silhouettes envoûtantes. Ou celle-là.

Gao Xingjian, « Mirage », 2013. galerie Claude Bernard, Art Paris 2014.

Certains considèrent que ses encres de Chine sont le reflet de son écriture et inversement. En les contemplant ou en lisant ses œuvres, on arrive à la sérénité, à la plénitude…

Se plonger sans tarder dans  « la Montagne de l’âme » .

Photo à la une Gao Xingjian et la Femme Qui Marche.

 

 

Soyez le premier à commenter

Plus d'articles !