haute.race aubrac. salon de l’agriculture.

salon-agriculture-2018-une-vache-race-aubrac-pour-egerie_width1024

Haute, elle a de la chance car elles a des yeux maquillés, comme si elle s’était mis un trait d’eye liner, au naturel. J’aurais bien aimé être comme elle. Pour tout dire, elle a toutes les pointes de son corps noires.

Et c’est elle, la vache, la star, que l’on verra sur l’affiche du salon de l’agriculture, (du 24 février au 4 mars) qui met à l’honneur ainsi cette année la race Aubrac. C’est elle que tous les enfants essaieront de caresser en passant dans l’allée où l’on pourra la voir.

Haute a 6 ans, ni trop jeune, ni trop vieille. Du caractère, ni trop, ni pas assez. Capable de relever les défis, elle tient sa tête haute, le regard droit et expressif. « Curieuse, sociable, c’est une vraie dame au milieu du troupeau ». C’est en ces termes que Thibaut Dijols chez qui elle vit à Curières, tout près de Laguiole, sur les hauts plateaux volcaniques de l’Aveyron, parle d’elle.

téléchargement

Thibault et Florence sa femme, 32 ans, travaillent tous les deux dans la ferme, (il la tient de sa maman), qui compte 130 vaches, ce qui n’est pas si fréquent. Aujourd’hui, deux conjointes d’agriculteurs sur 3 travaillent à l’extérieur de l’exploitation.

Caractéristique de la race Aubrac, Haute a une excellente fécondité, autrement dit un veau par an, qu’elle allaite. Si tout se passe bien, elle jouera son rôle de mère jusqu’à 20 ans.

Haute partage la vedette sur l’affiche du salon avec le slogan suivant : « l’agriculture, une aventure collective ».

Eric Birlouez, sociologue de l’agro-alimentaire: 

« Travailler la terre et élever des animaux a toujours été une entreprise à l’issue incertaine, porteuse de risques et de promesses. En un mot une aventure ». Et de rappeler que l’on peut faire remonter l’agriculture à 11 500 ans, sur les rives de l’Euphrate, le territoire de l’actuelle Syrie, le jour où des hommes décidèrent pour la première fois d’unir leurs intelligences et leurs forces de travail pour cultiver des céréales à grande échelle.

Les agriculteurs qui s’en sortent aujourd’hui sont ceux qui la jouent collectif, qui mettent en commun connaissances, spécificités ou matériels, qui se regroupent au sein de coopératives, qui vont au devant des consommateurs,  qui se servent d’internet voire des réseaux sociaux, pour eux, un nouveau moyen de communication.

Soyez le premier à commenter