Digital détox

digital détox

Il y a 3 ans de cela, nous avons passé Noël en famille à l’île Maurice. J’avais prévenu les enfants qu’ils auraient la possibilité de consulter leurs mails le matin et d’y répondre le cas échéant mais pas de téléphone portable. Je me souviens de l’aîné qui après avoir rouspété m’a dit à la fin des vacances : « qu’est-ce que c’est reposant de ne pas avoir de portable « !

Cela n’aura échappé à personne et c’est pourquoi on voit fleurir des hôtels qui proposent une cure de « digital détox ». Près de Bordeaux, la maison d’hôtes Le Château La Gravière invite ses visiteurs à déposer leurs appareils électroniques pour «ralentir le temps et revenir à l’essentiel».

Au Spa Hôtel Les Célestins de Vichy, une diète numérique est proposée en complément des menus diététiques. A Paris, l’hôtel Westin Paris-Vendôme pour ne citer que lui suggère à ses clients sur-connectés de délaisser momentanément leurs appareils électroniques.

Phénomène semblable aux Etats-Unis, où hôtels et compagnies de voyages, proposent, des campements vintage ou des centres de cure, «où le réseau ne passe pas»…moyennant plusieurs centaines de dollars !

Analyse de l’OEIL by LaSer

Bien sûr ces établissement y voient un nouveau filon commercial. Mais cette offre confirme une envie de parenthèse de la part des consommateurs face à un environnement perçu comme «dominé par le trop».

Il ne s’agit pas tant de déconnecter complètement que de s’organiser autrement pour s’organiser des pauses.

Des petits arrangements pour se ménager des mises à distance et éviter l’overdose. Le choix du mot «détox» ne doit, lui non plus, rien au hasard. Son évocation convoque d’emblée l’imaginaire de la réinitialisation, d’un nouveau départ, d’une régénération, voire d’une purification. Un autre soi-même est en perspective, débarrassé de toutes les «impuretés» liées aux excès du monde moderne.

Le succès de ces offres de «digital détox» confirme également le penchant actuel des consommateurs pour toutes les nouvelles expériences. Plus elles sont singulières et un peu snobs, plus elle font le buzz ! Plus elles touchent au mental et participent à la sensation de bien-être, plus elles sont perçues comme fortes.

A quand votre cure ? On peut aussi l’organiser tout seul comme un (e) grand(e), non ?

L’Œil by LaSer repère et analyse des micro-faits de consommation et des initiatives  peu regardés, mais révélateurs de l’émergence de nouvelles manières de consommer et de vivre…

Soyez le premier à commenter