Une volaille de Bresse au Petit Journal de Montparnasse

poule de bresse

N’est pas volaille de Bresse qui veut ! Celle-ci était parée d’atours somptueux. Plus vraie que nature, elle trônait au pied des musiciens qui se produisaient ce soir là au Petit Journal de Montparnasse.

Mise en scène par le couturier Nicolas Fafiotte, le corps paré de dentelle peinte de blanc pour en accentuer la pureté, la queue enrubannée de tulle comme un majestueux plumage, la poulette de Bresse, comme une jeune mariée, respire la liberté dans sa verte prairie, selon les mots de son créateur qui s’y connaît en matière de robe de mariée.

Pas de caquètement intempestif, les parisiens invités par Aintourisme, l’agence qui s’occupe du développement touristique de l’Ain ont eu la chance de la voir car elle ne s’était montrée que lors des Ain’pertinentes.

Elle s’en est donc retournée depuis retrouver ses congénères dans le bocage bressan, celles à qui revient la distinction suprême de bénéficier d’une appellation d’origine contrôlée comme les grands vins et dont la chair est particulièrement savoureuse. Elles sont d’une grande tendresse, les poulettes de Bresse !

PS : La volaille de Bresse est valorisée par le Comité Interprofessionnel de la Volaille de Bresse, dont le Président n’est autre que Georges Blanc, le célèbre chef cuisinier étoilé.

Pour savoir où vous la procurer vous rendre sur : www.pouletbresse.com
Les Ain’pertinentes, Biennale d’Art Populaire Citadin : www.lesainpertinentes.com
Nom de l’œuvre de Nicolas Fafiotte : « La dentelle est dans le pré » : www.nicolasfafiotte.com

 

1 Comment

  • Répondre mars 17, 2014

    Loïc POFNL

    Quel plaisir de vous retrouver après tant d’années de fidélité à suivre vos chroniques sur France Inter. Ne cessez pas de continuer à nous étonner de vos articles rafraichissant. Tout en découverte derrière ces portes qui s’entrouvrent à vous pour notre plus grand plaisir.
    Je me retrouve déjà à vous lire moi qui tout les matins redécouvre ma petite poulette de Bresse parée d’une grande tendresse c’est vrai. Pourtant loin de sa base, la Loire Atlantique n’est pas le modèle rêvé de verte prairie!, elle a eu l’honneur d’être invité chez Georges Blancs. Mais rassurez vous, elle était invité à déguster, vous l’aurez compris ma chère et tendre épouse est une vrai de vrai de là bas …

    Loïc et sa petite poulette de Bresse Hélène.

Laisser un commentaire