hong kong. Statues humaines sur les toits. présence inquiétante ?

Hong Kong statues
C’était fin décembre à New York…Une femme,  pendue à son téléphone, marchait de long en large sur le toit d’un petit immeuble, qui semblait en pente.
New York. La Femme qui Marche.

New York. La Femme qui Marche.

De loin, impossible de deviner à sa posture et sa silhouette, si elle se trouvait dans un état désespéré. S’agissait-il d’un appel au secours, d’une tentative de suicide ou d’une fantaisie ? Au bout d’un long moment, elle a disparu. Pas de drame visible de la rue.

L’image de cette femme, presque dans le vide, a hanté la Femme qui Marche et on comprend aisément que l’installation du sculpteurAntoine Gormley à Hong Kong en ait chamboulé plus d’un.
Inviter les passants à lever la tête.
Après Londres, Rotterdam, Sao Paulo et New York, l’artiste a en effet disséminé ici et là ses étranges silhouettes au sommet des gratte-ciel. On tombe sur ces statues, le nez en l’air, au hasard de ses déambulations. 27 silhouettes au total, de la même taille que leur créateur (1,88 mètre), en fibre de verre, hyper réalistes donc plus vraies que nature et figées au bord du vide sur les toits de bâtiments publics ou privés.  hong kong statues Iwane
Une présence inquiétante ?

Les habitants de Hong Kong s’y sont habitués, non sans mal. Ils ont été nombreux à juger ces oeuvres indécentes dans une ville où la moitié des 900 suicides annuels sont commis en se jetant dans le vide. Ce qu’ignorait Antoine Gormley pas mécontent, au bout du compte, de briser ce tabou des suicides.

« Il ne faut qu’une demi-seconde pour réaliser que cette forme n’est pas vivante ».  » Regarder en l’air est extraordinaire surtout à Hong Kong ».

Les touristes ont eux jusqu’au 18 Mai pour juger l’installation bienveillante ou inquiétante ! Sachez tout de même qu’elle a été inaugurée avec un an de retard à cause du retrait d’un des mécènes, HongKong Land, après le suicide d’un trader de JP Morgan du haut d’un gratte-ciel lui appartenant.

Merci à Iwane Rousset.

 

 

Soyez le premier à commenter