hypothyroïdie. la joconde en souffrait-elle ?

7792474881_la-joconde-de-leonard-de-vinci-exposee-au-musee-du-louvre-a-paris

L’étrange sourire et expression de la Joconde auraient une bien triste explication. Elle souffre d’une hypothyroïdie,  responsable des  imperfections relevées sur son portrait. Voilà la conclusion de deux médecins Mandeep Mehra, professeur à la Harvard Medical School, et de sa collègue Hilary Campbell, de l’université de Californie à Santa Barbara.

C’est grâce au talent et à l’attention des détails du peintre, Léonard de Vinci, également savant et anatomiste, qu’ils ont décelé les signes subtils de cette maladie qui se caractérise par une insuffisance de production d’hormones. Ils relèvent la teinte jaunâtre de la peau, le visage légèrement gonflé, la chevelure clairsemée et le front haut, la rareté des poils et la quasi-absence de sourcils, ainsi que la présence de plusieurs grosseurs sur son visage et son corps, près de son oeil gauche, sur sa main droite et au niveau de sa gorge : il pourrait s’agir d’un goitre !

La Joconde présente plusieurs anomalies cutanées. L’une située à la commissure de l’œil gauche, du côté du nez, correspond typiquement à une pathologie nommée xanthelesma, un dépôt lipidique apparaissant généralement au niveau de la paupière et de l’angle nasal. On peut observer également une protubérance sur le dos de la main droite, au-dessus de l’index que les médecins identifient comme étant un lipome ou bien un xanthome : ce sont deux types de tumeurs bénignes constituées de cellules graisseuses. © Wikimedia Commons, DP

Mona Lisa souffrirait d’une hypothyroïdie post-grossesse

Mandeep Mehra et Hilary Campbell ne sont pas les premiers à repérer les imperfections de la Joconde. En 2004, des médecins ont vu dans les grosseurs sur sa main et au coin de son œil, notamment, les caractéristiques de troubles lipidiques mais ils ont posé un diagnostic différent.

De toute façon, comme personne ne peut apporter un démenti, on en restera là ! Mais arriver autant à faire parler d’elle, quel talent !

Source. La Femme Qui Marche / Floriane Boyer de Futura.

Soyez le premier à commenter