l’énigmatique vilhelm Hammershøi à drouot et copenhague

hammershoi. Drouot.

Pratiquement seule devant le bel accrochage des peintures et des dessins de Vilhelm Hammershøi (1864-1916). Une coupette de champagne dans les mains. On avait comme l’impression d’être chez soi ! Le bonheur quoi !

La scène avait lieu à Drouot grâce à la maison de ventes danoise Bruun Rasmussen Auctioneers qui souhaitait les montrer au public français avant de les mettre en vente le 1er Mars prochain à Copenhague.

Vilhelm Hammershøi, les Français l’ont découvert en 1997 au Musée d’Orsay. Les années 90 ont remis en lumière ce peintre danois énigmatique aux compositions photographiques voire cinématographiques : ses tableaux intérieurs représentent des pièces souvent vides, souvent son domicile, parfois habitées de femmes, souvent son épouse, perdues dans leurs réflexions, et vues de dos. Des murs clairs et nus, peints dans une gamme de tons de gris, de brun très restreinte ou de blanc. Aucun détail décoratif.

vilhelm Hammershoi. Drouot. Copenhague.

 

 

Ses tableaux, ses dessins, ses paysages et ses rares portraits baignent dans une atmosphère étrange et irréelle dénuée d’action.

Regardez cette femme. Ce tableau ne raconte rien. Et pourtant le message est intemporel. Vilhelm Hammershoi. Femme.La même atmosphère que l’on retrouve avec tellement de charme chez les artistes danois.

Le peintre du contre-courant.

Une peinture figurative très lisse, énigmatique et une gamme réduite de couleurs. Hammershøi est considéré aujourd’hui comme l’un des peintres Danois les plus importants.(Rainer Maria Rilke qui lui a consacré un essai le considérait comme un maître). Son voyage à Paris, en 1889, et sa découverte des impressionnistes français et de l’art contemporain ne lui font ni chaud ni froid. Il a le souhait de ne pas se laisser influencer. Hammershøi, qui s’est positionné contre la peinture de l’âge d’or danois, contre la peinture enseignée à l’académie, sera éternellement en marge de son vivant.Mais son oeuvre en influencera plus d’un des années plus tard. Voilà ce qu’il disait de l’art contemporain : « la plupart des tableaux ressemblent à des plaisanteries. »]

Les couleurs du peintre sont conditionnées par la lumière de son pays qu’il traduit dans ses paysages. Regardez également ce portrait d’Hammershøi qui sera mis en vente à Copenhague. Comme l’explique Frank Claustrat, Maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université Paul-Valéry Montpellier III, le regard est presque celui d’un aveugle qui regarde à l’intérieur de lui-même.

         Vue du lac de Gentofte, 1903.hammershoi. pORTRAIT;

Visuels et estimations des trois tableaux en photo à la une :
Intérieur avec une femme vue de dos, 1904. (535 000 / 805 000 €).
Portrait d’Ida. Femme de l’artiste, née Ilsted, elle aurait environ 20 ans lors de la réalistion de la toile en 1892. Toile certifiée au dos «Painted by V. Hammershøi certified by Ida Hammershøi». (135 000 / 200 000 €).
Paysage de Kongevejen à Gentofte, 1892 (135 000 €).

 

Soyez le premier à commenter