acheter une voiture à plusieurs et plus encore. expérience de Ford au Texas.

Ford.

Pour les constructeurs automobiles, l’innovation ne consiste pas seulement à imaginer de nouveaux véhicules, toujours plus responsables, plus beaux et plus confortables…

OEIL-apostrophe-vertVU AU TEXAS

Au Texas, Ford offre, à des groupes constitués de 3 à 6 personnes (voisins, amis, collègues, étudiants…), la possibilité d’acheter un véhicule à plusieurs. Le programme, baptisé Ford Credit Link, comprend un leasing de 24 mois réparti entre les copropriétaires ainsi qu’une application leur permettant de gérer leur utilisation de la voiture communautaire (consultation de sa disponibilité, réservation, localisation…), de suivre son état et son entretien et de régler les échéances du crédit.

Cette offre est testée chez trois concessionnaires Ford d’Austin.

OEIL-apostrophe-vertQU’EN PENSER ?

En 2015, aux Etats-Unis, Ford avait déjà incité 25 000 de ses clients ayant acheté leur véhicule à crédit à le louer à des particuliers lorsqu’ils ne l’utilisaient pas et, ainsi, pouvoir rembourser une partie de leur crédit. La marque va donc plus loin avec une proposition packagée pour l’achat d’un véhicule à plusieurs. Dans les deux cas, une même logique consiste à envisager ses clients comme une communauté, d’échanges, d’entraides ou de soutien.

Ford sort ainsi progressivement de sa stricte position de constructeur automobile pour apparaître comme une plateforme de services qui permet à ses clients de se rapprocher pour vivre une expérience commune. (….)  Les marques de demain ne se définiront pas seulement à partir de leurs origines, mais aussi par leur capacité à fédérer des communautés autour d’elles.

Source L’oeil de l’Observatoire Cetelem

L’œil de l’Observatoire Cetelem repère et analyse des micro-faits de consommation et des initiatives souvent peu regardés, pourtant révélateurs de l’émergence de nouvelles manières de consommer et de vivre… Autant de sources d’inspiration pour imaginer de nouvelles relations marques-clients.

Pour vous abonner à L’œil de l’Observatoire Cetelem, inscrivez-vous ici.

Soyez le premier à commenter