Bonne année. Bonne chère ou bonne chair ?

bonne-chere-la-femme-qui-marche

Avez vous fait bonne chair en cette fin d’année ? Au moment où j’écris cela, le doute m’assaille ! Et comme je m’en ouvre à F. qui est catégorique, je m’en vais vérifier. Et comme toujours, F a raison ( connaissez vous un seul homme qui ait tord ?).

Avez vous fait bonne chère, s’écrit ainsi. Car voilà d’où vient l’expression. Merci à internet et à Wikipédia.

Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes.

Comme on ne le sait pas toujours, ce mot est dérivé du bas latin cara, bien avant qu’il ne fût question de gueuleton. Cara désigne le visage : il s’est d’abord agi  de recevoir dignement celui qui, sans forcément s’être annoncé, frappait à la porte ! Donc de faire bonne figure !

Ce n’est que par la suite, plus particulièrement à partir de la guerre de Cent Ans, période de disettes et de vaches maigres, que cet accueil avenant a, le plus naturellement du monde et par le biais d’une métonymie, pris la forme d’un bon repas…

Donc faire bonne chère ne s’écrit pas faire bonne chair !

Exercices (cherchez l’erreur )

  1. Peu lui importe de faire bonne chair : c’est un véritable ascète.
  2. Je me régale à regarder mes petits-enfants faire bonne chair.
  3. Ce restaurant est le rendez-vous des amateurs de bonne chère.
  4. Des entrées aux desserts, la chair est bonne, à la nouvelle cantine.
  5. Restauration rapide et bonne chère sont-elles compatibles, selon vous ?
  6. Ce qu’est la gastronomie ? Disons que c’est l’art de la bonne chair.
  7. Ce sont tous de bons vivants, qui aiment la bonne chère et le bon vin.
  8. Nous avons tous fait bonne chair avec ce plat végétarien inhabituel.
  9. Il fait trop bonne chère avec le chocolat pour accepter de s’en passer.
  10. Mes parents, fins gastronomes, m’ont donné le goût de la bonne chair.

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : Peu lui importe de faire bonne chère : c’est un véritable ascète. Quand on parle de se régaler, on écrit « faire bonne chère ».
  2. Faux. Il faut écrire : Je me régale à regarder mes petits-enfants faire bonne chère. Quand on parle de se régaler, on écrit « faire bonne chère ».
  3. Phrase correcte.
  4. Faux. Il faut écrire : Des entrées aux desserts, la chère est bonne, à la nouvelle cantine. Il n’est pas question de viande mais plus généralement de nourriture : c’est la « chère ».
  5. Phrase correcte.
  6. Faux. Il faut écrire : Ce qu’est la gastronomie ? Disons que c’est l’art de la bonne chère. Il n’est pas question de viande mais plus généralement de nourriture : c’est la « chère ».
  7. Phrase correcte.
  8. Faux. Il faut écrire : Nous avons tous fait bonne chère avec ce plat végétarien inhabituel. Quand on parle de se régaler, on écrit « faire bonne chère ».
  9. Phrase correcte.
  10. Faux. Il faut écrire : Mes parents, fins gastronomes, m’ont donné le goût de la bonne chère. Il n’est pas question de viande mais plus généralement de nourriture : c’est la « chère ».

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ? Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Quoi qu’il en soit, Bonne année à vous tous !

 

 

Soyez le premier à commenter