Christelle ; des fleurs et une messe. sdf morte dans la rue du XVIII ème arrondissement.

la Femme Qui Marche. mémorial pour Christelle sans abri du XVIII ème arrodissement

26 novembre.

Le père Pierre Labaste célèbre une messe pour Christelle à Notre Dame de Clignancourt, l’église où elle avait ses habitudes. Pour la cérémonie religieuse, il porte les chaussettes qu’elle lui a offertes, lui, qui, par tous les temps, porte plutôt sandales aux pieds.

Une messe digne d’un V.I.P. Il y a foule. Le maire du XVIII ème arrondissement et le député de la circonscription y assistent. Le père Labaste lit un mot de l’ancien curé de la paroisse, monseigneur Philippe Marsset, nouvel évêque auxiliaire de Paris, qui lui aussi a bien connu Christelle.

Christelle avait un fils. Il est venu, lui qui n’a pas vu sa mère depuis de nombreuses années, avec sa petite fille qui n’a pas du tout connu sa grand-mère.

Il semble perdu et stupéfait de toutes ces marques d’affection.

Les habitants du XVIII ème ne sont pas venus aujourd’hui à Notre-Dame-de-Clignancourt par simple compassion. Si étrange que cela puisse paraître, ils ne sont pas seulement venus pleurer la sdf mais l’amie aussi, un personnage qui créait du lien comme on dit.

Christelle recommandait toujours à ceux qu’elle côtoyait  de prendre soin d’eux. Elle avait ses démons : l’alcoolisme l’a empêchée de prendre soin d’elle.

Dimanche 17 novembre.

Il est midi. Place Jules Joffrin, devant la Mairie du XVIII ème arrondissement. Les passants intrigués s’arrêtent devant ces bouquets de fleurs accrochés aux grilles. Au pied, des bougies ont brûlé.

« Merci à toi Christelle ». « Merci Christelle. En souvenir de tous ces agréables moments passés ensemble. Tes amis du kiosque à journaux »

La municipalité explique que le « Merci Christelle » a été écrit sur une feuille blanche par des agents de la mairie qui l’accompagnaient, la suivaient socialement et ont été « très émus » par son décès. Les agents de la Ville ont été les premiers à fleurir le petit mausolée.

Mais qui est Christelle ?

Une femme sans-abri dont le corps a été trouvé le 17 novembre un peu avant 10 heures devant le 26 de la rue Hermel, à quelques pas de là. Elle avait 49 ans. 49 ans, c’est l’âge moyen des victimes recensées par l’association  « Morts de la rue » qui recense notamment chaque année le macabre décompte des sans-abris morts dans la rue. Je rappelle que l’espérance de vie moyenne pour la société française est de 80 ans.

Ce mémorial a été improvisé par des bénévoles de l’association : « Nous mettons des affichettes dès que nous pouvons, à Paris. Aux riverains d’en faire ce qu’ils veulent. »

Pour Roman, c’était une figure du quartier, un peu l’âme de la place Jules Joffrin, toujours très drôle et appréciée de tous les habitants des environs, toujours fourrée tantôt à l’église, tantôt à la mairie ou devant la supérette le G20. C’est pour cela que les gens qui la connaissaient sont tristes.

Pourquoi vivait-elle dans la rue ?

Si vous avez connu Christelle, contactez l’association : civique.mortsdelarue@orange.fr / 01 42 45 08 01.

Soyez le premier à commenter