la sologamie, vous connaissez ? le mariage avec soi-même.

sologamie. Mariage laura Mesi

Qui a dit que l’on n’était jamais mieux servi que par soi-même ?

Sans doute, comme moi, n’aviez vous jamais entendu parler de sologamie, le mariage, symbolique certes, avec soi-même. Alors c’est chose faite : je suis en effet tombée par hasard sur une info qui relate le mariage de Laura Mesi en septembre dernier, la première Italienne sologame.

Lassée de son célibat, Laura Mesi, 40 ans, s’est en effet dit oui à elle même. Et elle n’a lésiné ni sur son mariage ni sur son voyage de noce. 10 000 euros pour une fête où elle a convié 70 personnes et une lune de miel, toute seule, en Egypte…. L’histoire ne dit pas si les invités lui ont fait un cadeau de mariage.

Il y a deux ans après s’être séparé de l’homme avec qui elle a vécu pendant 12 ans, Laura avait bien prévenu sa famille que dans tous les cas, elle serait mariée à 40 ans !

Sa démarche vise ainsi l’indépendance absolue. « Si demain je rencontre un homme avec qui je construis un avenir, j’en serais très heureuse mais mon bonheur ne dépendra pas de lui pour autant ». 

 

 


Laura Mesi. © Facebook : Micaela Martini

Critiquées pour leur démarche jugée farfelue et insensée, ces mariés d’un nouveau genre se promettent de « savourer une histoire d’amour » avec leur « merveilleuse personne ».

Je suis persuadée que chacun d’entre nous doit d’abord s’aimer soi-même.

Sophie Tanner, première femme du Royaume-Uni à s’être mariée avec elle-même et auteur d’un livre sur le « mariage solo »

« Vous n’avez plus de soucis à vous faire. Vous n’attendez plus l’élu(e) car vous êtes l’élu(e). Vous avez trouvé cette personne.  Je n’ai jamais été le genre de fille ‘girly’ rêvant du Grand Jour. Mais alors que je me retrouvais face à moi-même après une rupture, je me suis demandée ce qui pouvait être plus romantique que de me prouver à moi-même et aux autres que je méritais ce fameux jour ultime. Même si mon mariage n’est pas reconnu par la loi, c’est une cérémonie importante qui démontre un engagement envers l’auto-compassion ».

La sologamie qui existe depuis les années 90, ne possède aucune valeur légale. Pratiquée principalement par les femmes, elle est revenue sur le devant de la scène avec le nombre croissant de célibataires. Devenu « la nouvelle norme », le célibat en effet semble vouloir se célébrer au même titre que le couple avec toutefois un léger changement de credo : « Aimez-vous les uns les uns ».

Le cas échéant pas de risque de divorce mais une séparation avec l’être aimé(e) qui s’avère compliquée et difficile….

 

Soyez le premier à commenter