obsèques de jean gardet. achevêque orthodoxe de nîmes.

obseques-archeveque-de-nimes

Les obsèques de l’archevêque orthodoxe de Nîmes, Jean Gardet, ont provoqué la colère de ses proches. L’un des plus hauts représentants de l’église orthodoxe grecque est venu  y assister tout comme l’archevêque de Paris représentant la même église et d’autres dignitaires orthodoxes du Sud de la France.

 Pas très orthodoxe !

Ce jeudi après-midi rien ne s’est passé comme prévu. Le rite religieux orthodoxe, est très dense, et le convoi, le temps de traverser la ville d’ouest en est, est  arrivé à 17 h 45 au cimetière du Pont de justice, un quart d’heure avant sa fermeture !

C’est alors que les proches de Jean Gardet ont découvert que la tombe n’avait pas été creusée en direction de l’orient, comme c’est pourtant le cas des tombes voisines et comme le veut la tradition orthodoxe. « On ne l’enterrera pas », a tonné l’archevêque de Paris.

La tombe réorientée et le cercueil mis sur le côté

« Il n’y a pas officiellement de carré orthodoxe au cimetière du Pont de justice, explique un employé des Pompes funèbres Roblot. Il s’agit donc d’un espace laïque et nous avons creusé la tombe selon le règlement du cimetière. Pour sortir de l’impasse, un responsable de la Ville a été appelé à la rescousse pour donner  son accord afin que la tombe soit réorientée dans le bon sens. Il a donc fallu aménager au plus vite l’espace creusé. Ce travail s’est déroulé à la lumière des phares et des téléphones portables, la nuit étant tombée.

« Une telle inhumation, c’est du jamais vu ! »

Mais au moment d’être mis en terre, le cercueil ne rentrait pas ! C’est donc sur le côté qu’il a été enseveli, à la consternation générale. Et selon un témoignage, « un énorme sac de terre a ensuite été lâché sur la tombe par une pelle mécanique »

Devant ce scénario, certains étaient très en colère. D’autres pleuraient, et d’autres enfin ont été pris d’un fou rire nerveux !

Source Midi Libre.

Soyez le premier à commenter