covid : peu de masques dans les rues de paris.

Il fait beau. L’air est léger, ce samedi, en fin de matinée. Enfin !

Depuis Noël, je ne me suis guère promenée dans Paris et je trouve qu’aujourd’hui ils sont nombreux les Parisiens à ne pas porter de masque. Dans les rues désertes ou les trottoirs vides, on comprend. Rien de tel pour respirer et s’aérer et se remonter le moral.

Mais quand les promeneurs se croisent, cela inquiète. Ici, par exemple, Place Daumesnil, des groupes de manifestants et les forces de l’ordre réquisitionnées se parlent entre eux, très proches les un-e-s des autres, sans le masque réglementaire.

Dans un tout autre genre, nombreux sont les S.D.F à profiter de la fermeture des restaurants pour s’installer devant l’entrée des établissements. Ainsi, rue du Louvre, cet homme a dressé sa tante dans la partie vitrée d’une terrasse accessible de la rue.

Près du théâtre de la Porte Saint Martin, une femme, elle, a monté une espèce de rempart à l’aide de cartons de bouteilles de bière et d’objets récupérés dans la rue pour se protéger du froid et peut-être aussi de la vue. De loin, on se demande s’il ne s’agit pas de l’installation d’un-e artiste.

Tout cela n’est pas d’une folle gaité.

Quelques instants auparavant, dans une jolie rue de Saint-Mandé, rue Notre-Dame, en Seine-et-Marne, une glycine m’aura donné le sourire.

Saint-Mandé, rue Sainte-Marie.

Elle s’est frayé un chemin en trouant et soulevant le panneau d’une clôture pleine. Quelle détermination.

Soyez le premier à commenter