artips : l’art par l’anecdote. marie-antoinette et ses coiffures « pouf »

téléchargement (2)

Je ne sais pas si j’ai le droit de le faire. Qu’importe puisque ce texte intégral que je vais reproduire là doit vous inciter à vous inscrire à la lettre d’Artips qui vous raconte avec talent l’histoire d’une oeuvre d’art, d’un fait artistique ou d’un artiste.

Artips, une dose d’art au quotidien   https://artips.fr  L’art par l’anecdote avec Artips

Fin du XVIIIe siècle, en France. D’étonnantes œuvres circulent dans le pays. On y voit des femmes porter d’incroyables coiffures qui défient la gravité. Certaines arborent même dans leurs cheveux… une maquette de bateau ! Où les artistes ont-ils trouvé de telles idées ?

Tout simplement à la cour de France, à Versailles. C’est là que la reine Marie-Antoinette fait et défait les modes.

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Anonyme, Coiffure à la Belle Poule, XVIIIe siècle, estampe satirique, Bibliothèque nationale de France, Paris
Voir en grand

Or, la jeune femme s’est prise de passion pour les coiffures « pouf » : composées d’une armature de métal, de tissu et de plumes, elles peuvent atteindre des hauteurs folles ! Dans le cas du bateau, il s’agit d’un hommage à « La Belle Poule », un navire qui vient de gagner une bataille contre les Anglais.
Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Auguste-Louis de Rossel de Cercy, Le Combat de la Belle Poule et de l’Aréthusa le 17 juin 1778, 1789, huile sur toile, Musée national de la Marine, Paris
Voir en grand

 Cette mode voyage bien au-delà de Versailles. Comment ? Grâce aux estampes, des dessins gravés et reproduits en grande quantité.
En plus, les techniques de gravure s’améliorent à cette époque : on peut désormais les produire en couleurs. Rien d’étonnant, donc, à ce que les fameux « poufs » s’exportent sur les têtes des élégantes de l’Europe entière…
Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Pouf aux sentiments, 1780, gravure
Voir en grand

 Mais ces œuvres imprimées, souvent exagérées, se moquent aussi de ces coiffures farfelues. Certes, elles permettent à Marie-Antoinette de devenir reine de la mode… mais elles lui donnent également la réputation d’être frivole et intéressée uniquement par sa manière de s’habiller.
Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

L’école de coiffure de Léonard-Alexis Autié, rue de la Chaussée d’Antin à Paris, 1788, XVIIIe siècle, gravure
Voir en grand

Des images qui joueront contre elle lors de la Révolution. D’ailleurs, à ce moment-là, les « poufs » seront bannis : retour à la simplicité !
Aujourd’hui encore, ces coiffures démesurées restent associées à Marie-Antoinette. Ainsi, l’artiste russe Asya Kozina s’amuse à les réinventer en papier, un matériau très fragile. Une façon de faire un clin d’œil à la reine… mais aussi de rappeler que les modes sont toujours éphémères !
Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Asya Kozina, Perruques baroques en papier, 2016, papier © Asya Kozina, Dmitriy Kozin, photo : © Anastasia Andreeva
Voir en grand

 Pour en savoir plus :

Marie-Antoinette n’était pas seulement reine des modes ! Princesse autrichienne, souveraine détestée, martyre de la Révolution, icône de la culture populaire et manga

Autant de facettes qui sont dévoilées jusqu’au 26 janvier 2020 dans l’exposition « Marie-Antoinette, métamorphoses d’une image » proposée par le Centre des monuments nationaux à la Conciergerie. Une aura toujours bien vivante, puisqu’elle inspire encore les artistes d’aujourd’hui !

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Voir le teaser de l’exposition (vidéo)

Vous êtes à un cheveu de…
Partager cette anecdote avec vos amis !

Facebook

Twitter

LinkedIn

Soyez le premier à commenter