buenos aires. les mères de la place de mai.

la Femme Qui Marche. Place de Mai. Buenos aires. Les méres de mai.IMG_20190216_121138 (1)

Samedi 16 Février. 11 heures. Buenos Aires. Argentine.

Dès la sortie du métro, la voilà donc la plaza de Mayo, la plaza de Macho comme prononcent les Argentins ou en Français la place de Mai.

C’est donc là, aux portes du pouvoir, au pied de la Casa Rosada, le siège du pouvoir exécutif, que celles que l’on a surnommées « les MERES DE LA PLACE DE MAI »ont  organisé une marche hebdomadaire pour protester contre la disparition de leurs enfants. Les historiens estiment en effet à plus de  30.000 le nombre de disparus pendant la « guerre sale » livrée durant la dictature militaire  (1976- 1983).

Mais que se passe-t-il ? Elles manifestent aujourd’hui ? Nous sommes samedi. Certaines d’entre elles qui vivent toujours et qui n’ont pas obtenu de réparations ou d’explications suffisantes se réunissent encore le jeudi mais elles ne sont guère nombreuses.

De loin, on en voit une trentaine, debout, immobiles, sous un soleil de plomb,  des banderoles à la main. Je ne sens plus trop mes jambes !…

Mais la garde à cheval leur fait face. Est-il possible qu’il y ait encore aujourd’hui des affrontements plaza de Mayo ?

Mais que voit-on là ? Des micros, des caméras? Ah mais il s’agit d’un tournage. Un tournage organisé par Amazon !!!!

Action ! Les chevaux se rapprochent des femmes. Les militaires à cheval commencent à les battre avec des matraques. Elles doivent être en plastique car de près, on s’aperçoit qu’elles se plient sur le dos de leurs victimes…..

IMG_20190216_121730

La scène dure longtemps. Certaines ont réussi à s’échapper. Celles qui restent font l’objet de coups qui redoublent. On n’y croit pas trop.

Ok. Enfin, les caméras s’arrêtent. Les comédiens s’embrassent. Les femmes caressent les chevaux. La scène va-t-elle devoir être recommencée ? On part. Sensation étrange que celle d’avoir éprouvé malgré la reconstitution l’impression de voir les vraies Mères de la place de Mai !

 

Soyez le premier à commenter