Psittacula krameri. combien de perruches à collier dans la région parisienne ?

1-47
En ville, à Paris par exemple, certains sont contents de voir ces oiseaux au plumage vert dans les rues. De la couleur dans la grisaille. D’autres se plaignent des nuisances qu’elles provoquent, de leur piaillement et de leurs fientes sur les voitures ! Mais elles ne sont pas les seules à en laisser !

Il est « délicat de trancher  » sur son impact. la perruche à collier n’est pas l’espèce invasive qui pose le plus de problèmes et elle ne figure pas sur la liste européenne des espèces invasives. La Psittacula krameri est quand même classée en France sur la liste des espèces exotiques envahissantes. Elle s’est installée en région parisienne dans les années 1970 après s’être échappée de captivité et ‘elle est originaire  forêts tropicales d’Afrique subsaharienne et d’Inde.

Pour surveiller son évolution démographique, on a commencé à les compter en Ile-de-France en 2012. Le Muséum d’histoire naturelle a alors dénombré 2.700 perruches sur deux dortoirs principaux à Massy et Aulnay-sous-Bois. En 2014 et 2016, ce chiffre était passé à près de 5.000, avec plus de dortoirs. En décembre dernier elles n’étaient que 5.300, si l’on peut dire. C’est moins que ce qui était envisagé.

Mi-décembre, est la période plus propice au comptage : les oiseaux qui vivent normalement en couple se regroupent pour la période hivernale.

La baisse importante du nombre de perruches au dortoir de Massy (1.100) pourrait ainsi signifier que le groupe s’est scindé et donc que des individus n’ont pas été comptés.

Ces perruches nichent dans des cavités d’arbres ou de rochers et on les accuse de prendre la place d’espèces locales ou d’abîmer les arbres.

 

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter