fête de la musique àrungis avec jack lang et franck riester.

Rungis. Layani. Lang. Riester. Frihel

Moi la fête de la musique, je l’ai commencée de bonne heure et tambour battant : 6 H du mat à Rungis entourée de Jack Lang, alors au pouvoir et créateur de la fête il y a 38 ans, et Franck Riester l’actuel ministre de la culture.

Et quel homme de talent que ce Stéphane Layani, qui préside le marché d’intérêt national, de pouvoir réunir si tôt deux ministres. Il faut dire que les caméras qui ont tourné étaient bien plus nombreuses que le public venu écouter le concert. (Enarque, on le dit proche d’Emmanuel Macron).

Un joli coup de pub réussi pour Rungis qui n’en finit pas de célébrer ses 50 ans ici près d’Orly, pour les ministres cités très sollicités en ce jour festif, et pour le bouillonnant Stéphane Layani, lui aussi interviewé tout azimut.

Les ministres ont serré des mains, même celles qui ne demandaient rien.

lang et mec

Jack Lang, que l’on pouvait croire en campagne électorale, a affirmé que ce n’était pas la première fois qu’il se levait si tôt pour assister à la fête de la musique célébrée aujourd’hui dans le monde entier. Franck Riester m’a confié que ce serait la journée la plus longue….de la semaine…..de l’année….Seul un ministre de la culture peut inventer une phrase pareille !  Et Layani, à la question comment avez vous réussi à mobiliser les deux hommes, a marqué un silence :

« C’est Rungis « .

 » C’est Layani, non plutôt ?  »

Re silence. Pas de réponse…Il est parti, a semblé vouloir revenir sur ses pas, mais je pliais bagage.

Tout ce joli monde est venu taper des mains et accompagner sur scène Marc Fichel, pour « C’est ma vie dans les Halles ». Marc Fichel, chanteur, compositeur-interprète le jour et responsable d’une société d’export de pommes de terre dès 3 heures du mat la nuit. Très jolie petite gueule, sympa, très à l’aise, un texte, une musique, une voix. Bref, on aime celui que le Figaro surnomme « le digne héritier de Michel Berger » dont il revendique l’influence.

sur scène

Un journaliste de l’équipe de Yann Barthès fait un reportage. A priori, il est uniquement là pour que quelqu’un lui dise que le ministre de la culture c’est Lang et que Riester compte pour du beurre….C’est ce qui a du être décidé en conférence de rédaction.

7 Heures. Jack fait la gueule. Temps mort. Il se retrouve seul aux côtés de Monique sa femme, et de celle qui doit être son attachée de presse. Toutes les deux, 140 ans minimum, arborent des pompes improbables !

chaussures

Heureusement Frédérique du restaurant « L’Arrosoir » a dressé à l’extérieur une jolie table qui doit permettre de restaurer les personnalités. Elle nous fait signe en riant qu’elle a peur de mal faire…Mais personne ne vient s’y asseoir. L’attachée de presse pique des viennoiseries. Elle a faim de toute évidence. Et finalement, un serveur vient débarrasser la table. Franck Riester souhaitant visiblement s’attabler à l’intérieur.

Bonne fête de la musique à tous.

Nous partons. 2 heures pour rentrer à Paris à cause d’une panne et d’un accident sur le périph !

Sur scène, les artiste défilent.

  • La troupe de la comédie musicale Chance ! mise en scène par Hervé Devolder, lauréate du Molière 2019 du meilleur spectacle musical,
  • Le groupe rock franco-suisse Stevans, qui partagera des extraits de son nouvel album « Renaissance »,
  • Joyce Jonathan, en duo avec la it-Youtubeuse Lola Dubini pour leur nouveau titre « Ton Héroïne »,
  • Les jeunes New Gipsies, enfants des Gipsy Kings, qui dévoileront leur premier single aux sonorités tsiganes,
  • Clémentine Mazzoni avec le single « La Jalousie »,
  • Laura Mayne du groupe Native, révélation de l’année aux Victoires de la Musique 1994.

Soyez le premier à commenter