ARTIPS.

téléchargement (1)
Aujourd’hui, je publie telle quelle une lettre d’ARTIPS qui relate l’histoire d’une oeuvre d’art. C’est toujours formidablement bien raconté, vivant, intéressant et très bien documenté. Vous trouverez à la fin comment vous inscrire à ce petit bijou. Bonne lecture.
Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr
Camille Roqueplan, Portrait d’Alphonsine, dite Marie Duplessis (la Dame aux camélias), assise au balcon d’un théâtre, 1845, aquarelle, 24 x 18 cm, Musée Carnavalet, Paris, photo : © Bridgeman Images
Voir en grand

Dans la loge d’un théâtre, cette demoiselle élégante semble être le centre de toutes les attentions. Des jeunes hommes, assis dans la loge voisine, l’observent attentivement. Dont l’un à travers des jumelles ! Qui peut-elle bien être ?

Il s’agit de l’une des plus grandes célébrités de l’époque, Marie Duplessis.

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr
Détail de l’œuvre

Au milieu du XIXe siècle, elle est renommée pour sa beauté qui correspond au goût d’alors : très brune, la peau pâle, mince et d’apparence fragile. On la sait cultivée et amoureuse des arts.

Quant à son occupation, elle est aussi connue que sa beauté : Marie Duplessis est courtisane. C’est l’une des plus convoitées (et donc des plus chères) du Paris de l’époque.

Voilà pourquoi, dans l’aquarelle de Roqueplan, les messieurs l’observent avec tant d’attention…

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr
Félix-Gaspard Tournachon, dit Nadar, Portrait d’Alexandre Dumas fils, vers 1864, photographie
Voir en grand

Mais la belle décède brutalement, en pleine gloire, foudroyée par la maladie à 23 ans.

Parmi ses anciens amants, l’écrivain Alexandre Dumas fils est inconsolable. Au point de rédiger en quelques mois un roman inspiré de leur idylle, La Dame aux camélias.

Même si son héroïne de papier s’appelle Marguerite Gautier, tous les lecteurs du XIXe siècle reconnaissent aisément Marie Duplessis.

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr
Alphonse Mucha, La Dame aux camélias, affiche pour une pièce de théâtre avec Sarah Bernhardt, 1896, lithographie, 207 x 72 cm, Bibliothèque du Congrès, Washington D.C.
Voir en grand

Devenue une héroïne tragique, la courtisane devient une intarissable source d’inspiration pour des dizaines d’artistes.
On la retrouve, toujours parée de ses célèbres camélias, dans des tableaux, des pièces de théâtre, des opéras et même des ballets.

Progressivement, le personnage inventé par Dumas fils éclipse la véritable Marie Duplessis, qui disparaît derrière son double littéraire…

La preuve ? Les fameux camélias, associés pour toujours au nom de Marie Duplessis, sont en réalité une pure invention de Dumas !

Voir la bande-annonce de La Dame aux camélias par John Neumeier (vidéo) ! Photo : © Davis Ayer, from Clarity, 2012

Pour en savoir plus :

Ces fleurs-là résistent bien au passage du temps ! On les retrouve dans La Dame aux camélias, un ballet de John Neumeier présenté au Palais Garnier du 30 novembre 2018 au 3 janvier 2019.

La célèbre courtisane reprend vie sur des airs de Chopin, dans un décor rappelant le temps où Marie Duplessis déchaînait les passions.

Pour recommander cet Artips :

Racontée en partenariat avec
l’Opéra de Paris
Jeu-concours : l’avant première
Dans quelle ville se trouve ce bâtiment ?
Jouer
 Sa mort fut une espèce d’événement : on en parla pendant trois jours, et c’est beaucoup dans cette ville.
Jules Janin 
Retrouvez-nous sur notre site www.artips.fr
S’inscrire à Artips
Des conseils, des idées, des critiques ?
Contactez-nous sur colineetjean@artips.eu ou au 0972586775
Coline et Jean

Soyez le premier à commenter