jouer ou conduire, il faut choisir. pokémon go.

jouer ou conduire, il faut choisir...

Dimanche 14 H 30. Sur l’autoroute A 10 en approchant de Paris. Un peu avant Vélizy. Le panneau lumineux au dessus de la route s’illumine à notre approche. Et voilà ce que l’on peut y lire :

JOUER OU CONDUIRE, IL FAUT CHOISIR .

Je n’ai pas pris l’autoroute depuis début juillet et la phrase me surprend. Je ne la connaissais qu’avec Boire ou conduire, il faut choisir. Mon cerveau est encore en vacance. Mais à peine rentrée, je réalise que c’est à cause sûrement de l’application mobile Pokémon Go? Et en effet….
La réussite du jeu repose sur un effet d’addiction particulièrement fort qui fait naître chez l’utilisateur la tentation de poursuivre sa quête en toutes circonstances.L’association « 40 millions d’automobilistes » a révélé, jeudi 4 août 2016, que les automobilistes français sont 3,4 millions à pratiquer la chasse aux Pokémons alors qu’ils conduisent.Une situation particulièrement dangereuse qui a déjà provoqué un grand nombre d’accidents de la circulation aux États-Unis..Et cela suivra en France, on peut le penser….Le conducteur ne regarde plus la route. Ce n’est pas parce que le jeu fait un carton que l’on va accepter que ça cartonne aussi sur les routes », déclare Pierre Chasseray délégué général de « 40 millions d’automobilistes ».En conséquence, la société Niantic, créatrice de l’application Pokémons Go, s’engage : • À ne pas placer de Pokémons sur et aux abords des autoroutes, pour ne pas tenter les automobilistes. • À compléter son message général d’avertissement par un message à destination des automobilistes leur recommandant de ne pas utiliser l’application au volant.De son côté, la Sécurité routière s’engage : • Pour tout téléchargement de l’application « Mode conduite » qu’elle a développée, à offrir un Pokémon rare à l’utilisateur de l’application. Et« 40 millions d’automobilistes » : • À mener, conjointement avec la Sécurité routière, une campagne de sensibilisation aux risques de l’usage de l’application Pokémon Go au volant. Et • À promouvoir une attitude particulièrement vigilante de la part des automobilistes à l’égard des piétons usagers de l’application, vulnérables du fait de l’attention portée à leur smartphone lors de leurs déplacements.Et les addicts, ils s’engagent à quoi ?
Petite piqure de rappel : • A 50 km/h, une seconde d’inattention est équivalente à 15 mètres de conduite à l’aveugle.

 Les motards, les cyclistes et les piétons, sont eux aussi concernés.

A noter que « Pokémon Go » peut être dangereux ailleurs que sur la route :en Californie, deux joueurs sont tombés d'une falaise.

Sachez également que la justice indienne a examiné une requête demandant l’interdiction de Pokémon Go, au motif qu’il offense les végétariens en proposant des oeufs virtuels en récompense, ce qui va à l’encontre des convictions d’hindous et de jaïns – dont certains ne consomment pas de viande, voire de produits d’origine animale.En Inde où l’application n’est pourtant pas encore officiellement téléchargeable, de nombreux Pokéstops sont situés notamment dans des temples. Or toute nourriture non-végétarienne est interdite dans ces enceintes sacrées. » »Offrir des oeufs dans les temples, même dans le monde virtuel, est hautement discutable et équivaut à du blasphème »…..

Soyez le premier à commenter